FRÉDÉRIC LERNER en interview exclusive pour rockandblues !

 

51-CveqH94L._SY300_

 

Rdv pris à Paris avec Frédéric Lerner pour son nouvel album « Muzungu » pour une interview exclusive où l’on a voulu vous faire connaître un peu plus le chanteur… Muzungu a été enregistré entre Paris et Kigali au Rwanda.

L’album nous fait voyager au delà de la musique, les chansons de cet album sont teintées d’une sonorité pop rock, puis de ballades aussi qui nous emmènent un peu dans l’univers de Frédéric Lerner.

Un magnifique duo avec Lionel Richie « We Only Have One World « , le rêve éveillé de Frédéric Lerner qui n’en revient toujours pas aujourd’hui d’avoir pu le réaliser.

Nous avons donc voulu en savoir un peu plus sur « Muzungu »et surtout connaître « l’homme blanc »Frédéric Lerner :

La journée type de Frédéric Lerner ?

Lever 7h30/8h00, petit dej’ devant BFM pour les actus du jour, puis footing, muscu, déj’ professionnel et après midi répét’ et travail de composition avec les musiciens…

A quel moment êtes-vous le plus inspiré pour écrire ?

Soit le matin très tôt, soit le soir très tard, jamais entre les deux…(rires)

De quoi vous inspirez-vous pour écrire ?

L’inspiration me vient de ce qui m’entoure, et ce que j’ai pu vivre jusqu’à aujourd’hui.

A quel moment avez vous eu envie de chanter ?

C’est venu tard, j’ai toujours adoré chanter, je chantais petit par dessus les disques de mes parents, puis j’ai vu ensuite qu’avec une guitare on pouvait faire des ravages et j’ai essayé de décrypter l’instrument vers 17/18 ans pour me mettre à chanter « Hélène » de Roch Voisine et quelques titres de Patrick Bruel à l’époque. Sont venues les années 80 avec Balavoine, Berger, Phil Collins, Mickaël Jackson qui m’ont inspiré pour mes propres chansons ensuite…

Quels sont vos goûts musicaux ?

Très exigeant aujourd’hui face aux autres chanteurs, Pascal Obispo reste pour moi le dernier grand auteur- compositeur. Egalement Gérald de Palmas qui a un vrai univers avec une couleur et une vraie mise en scène de ses chansons.

Quelle est votre devise musicale ?

Pour faire plaisir aux autres, il faut se faire plaisir soi même.

Votre devise dans la vie ?

Il y a ceux qu’on intéresse et ceux qu’on n’intéressera  jamais. Devise que j’ai mis sur l’album…

Quel lien gardez-vous avec Kigali aujourd’hui ?

Un lien très fort, des sms tous les jours avec Nidanga et les autres là-bas. Ils écoutent et font écouter l’album au Rwanda, suivent mon actu et me demandent quand j’irais faire un concert pour eux là-bas à Kigali. J’espère vraiment pouvoir le faire bientôt.

Vos activités en dehors de la musique ?

Beaucoup de sport, tennis par exemple. Puis au moins 1 heure par jour sur internet les réseaux sociaux ,les actus etc..Et les journées passent tellement vite trop vite..

Votre chanson préférée sur l’album ?

Ecoute révélatrice de la couleur de  cet album, composée en premier, « ça m’a pris aux tripes » & par la main pour le reste de l’album. 

Que vous évoque Paris ?

La plus belle ville du monde, magique, artistique et poétique.

Votre vie aujourd’hui, amoureux ?

Oui très amoureux de la vie (sourire) !

Que lisez-vous actuellement ?

Je lis rarement car le temps que je passe à lire, je ne le passe pas à écrire…Je lis beaucoup de choses sur la toile…

Dernier film vu au cinéma ?

« Intouchables »…ça date mais je regarde beaucoup de films chez moi.

1 qualité ? Sincère

1 défaut ? Trop entier

Et la scène c’est pour bientôt ?

C’est un rêve quotidien, ça reste aujourd’hui une récompense de monter sur scène. C’est très compliqué et ce n’est pas un choix de ne pas y monter. Peut-être une tournée des plages cet été et une scène parisienne en fin d’année 2014…

Votre relation avec les médias aujourd’hui ?

« Je t’aime moi non plus !!! ». Les médias c’est comme une jolie femme, c’est compliqué à garder…

Et votre public ?

Toujours intacte, les gens me suivent depuis 10 ans et leur fidélité est la plus belle des récompenses. Il s’élargit aujourd’hui avec mon nouvel album « Muzungu ».

La couleur de l’amour ?

Jaune = infidélité…

A qui vous adressez-vous dans la chanson «  Après tout ça » ?

Je crois en Dieu, c’est une question existentielle que je me pose souvent. La chanson raconte un peu ces questions que je me pose.

A quelle question aimeriez-vous répondre ?

C’est une bonne question (rires)…

Mettre un point final à cette interview semble banal, que met-on à la place ?

Encore, rendez-vous tout bientôt, l’histoire continue et j’espère qu’il y aura beaucoup de pages blanches à écrire.

 

Puis Frédéric nous a laissé un mot et même plusieurs sur chacune des chansons de l’album« Muzungu » :

1/Ecoute : chanson de l’album la plus inspirée par L’Afrique…

2/Une autre vie : ressenti du moment, une autre vie que cette vie parisienne stressante à toujours courir sans profiter de l’instant présent et le contraste avec Kigali où l’on puise ce qu’ils sont là-bas – tout simplement heureux de vivre! Cette chanson c’est amener une peu de Paris à Kigali et de Kigali à Paris…

3/Tu peux :  chanson du partage,du métissage,chanson de 2 personnes qui lui ont inspiré cet album,un texte léger mais qui veut tellement dire de choses, émotions dans cette chanson qui nous fait voyager.

4/Nisaidié : cette chanson vient d’une image qui m’a transpercé : l’image d’une femme qui porte son enfant, c’est caricatural peut-être mais là-bas beaucoup sont obligés de se séparer de leurs enfants, de leurs familles…Cette chanson c’est l’Afrique à l’état pure.Michel Berger et France Gall l’avait très bien retranscrit aussi dans « Babacar »qui est aussi une chanson hommage à ce qu’ils vivent là-bas.

5/ Envole-toi : chanson positive de l’album (sourire)…elle est née d’une commande du parc Astérix pour un manège à forte sensation, affreuse sensation pour moi que ce manège où l’on a les pieds dans le vide d’où  » Envole-toi « . Donc je l’ai mise sur l’album.  Colorée de chœur africains, cette chanson est très scénique et j’ai hâte de la faire sur scène.

6/Dernier souffle :  chanson écrite avant le voyage au Rwanda suite à une rupture sentimentale qui raconte la douleur de se quitter…On se met en scène pour interpeller l’autre & lui dire s’il me restait un jour à vivre c’est toi que j’appellerai…Benwie, mon ami chanteur, a réussi à me faire pleurer quand j’ai écouté la version.  J’ai dit on garde, c’est magnifique.

7/Le jeu de l’amour :  mon univers depuis 4 albums pour cette chanson pop rock, légère. C’est  un constat sur l’amour, une chanson en clin d’œil au générique « d’un gars, une fille »(que Frédéric Lerner avait composé) qui raconte des scènes de ménages, apprendre à s’aimer, à se comprendre, et vivre avec les défauts de l’autre.

8/ A voir dans l’interview ci-dessus.

9/Nos belles années : chanson venue en parlant avec mes amis rwandais où ils évoquent souvent le génocide avec la perte de beaucoup de leurs amis. Pour moi c’est un peu pareil, on grandit, on évolue, on change de monde, de mode de vie et l’on perd de vue ses amis d’enfances. Mon meilleur ami d’enfance qu’est-il devenu?ça reste un souvenir, on ne se voit plus donc le ressenti est le même pour eux au Rwanda que pour moi ici…

10/Le temps des regrets : cette chanson est la suite de « plus là », chanson qui a été importante sur le 3ème album…Constat après une séparation :  » si j’avais pu être différent quelques soient les raisons d’une séparation, est-ce que j’aurais pu dire les mots importants ? »

11/ We Only Have One World : duo avec Lionel Richie, l’histoire d’une belle rencontre…Si on m’avait dit un jour que je chanterais avec lui, moi très fan de Lionel Richie !  Sur une île déserte, j’emporterais avec moi « We are the World ». La chanson«  We Only Have One World » a été à la base composée et proposée à Michael Jackson à la même époque, mais Michael Jackson a préféré « We are the World » pour l’album Usa For Africa. C’est un bonheur aujourd’hui que ce duo soit sur l’album « Muzungu ».

12/Par amour : celle qui a été écrite le plus vite, elle touche le public et je suis très fier de cette chanson quand je l’écoute.

Propos recueillis par Valérie pour Rockandblues.fr

Un grand merci à Frédéric Lerner de nous avoir accordé de son temps, ainsi qu’à Julien.

 

Cette interview est gratuite sur le site grâce à nos partenaires ci-dessous :LOGO GRIS20140408_154230[1]OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA20140411_143606[1]