RENAN LUCE EN INTERVIEW EXCLUSIVE POUR ROCK AND BLUES

 

1094957_10152374336653646_784302605_n

Renan Luce revient avec un nouvel album après 4 ans d’absence, il a pris son temps pour nous concocter ce petit bijoux au titre très original : « D’une tonne à un tout petit pois ». Il nous accorde entre deux dates de concerts cette interview exclusive pour Rock and Blues.

 

Comment as-tu choisi le titre de ton album «D’une tonne à un tout petit pois» ?

Je n’avais pas de titre de chanson qui me semblait correspondre au titre de l’album. C’est venu comme une évidence, la métaphore de ce qu’est un album au final, confidences que l’on partagent comme un fardeau tout au long de la construction de cet album pour devenir une galette toute légère quand ça se termine.

Comment ton nouvel album a été accueilli sur les scènes que tu viens de faire ?

Très bien. Certains connaissaient déjà les chansons de cet album, pour d’autres ils découvraient ces nouvelles chansons sur scène, ça donne une dynamique, c’est très satisfaisant, des énergies positives se dégagent et c’est un plaisir commun que de partager avec eux ces nouvelles chansons

«Appelle quand tu te réveilles», sur ce titre tu avais donné ton n°de portable, on a trouvé ça drôle et toi ?

Hyper drôle, agréable de se donner des nouvelles de cette façon après une longue absence, un vrai plaisir de leur dire de vive voix l’album est arrivé…Une belle expérience que celle-ci.

La chanson que tu préfères sur ton dernier album ?

«Voyage», chanson importante qui m’a permis de me remettre à l’écriture de cet album, de décrire le vécu d’un voyage en amoureux. Cette chanson a vraiment été le déclic pour la suite de l’album.

Tu es papa d’une petite fille aujourd’hui : à quoi penses-tu quand tu la regardes grandir et que lui transmets-tu ?

Au bonheur tout simple de la voir grandir, elle est fascinante, on retrouve l’enfant qu’on était. On est la même personne avec une personne en plus. On a plus d’amour à donner et plus d’amour à recevoir. Elle est curieuse de tout et j’aimerais lui transmettre la tolérance, les valeurs humaines, qu’elle soit ouverte aux gens, au monde qui l’entoure, lui faire aimer la musique et la vie.

Quelles sont les chansons que tu lui chantes ?

Les comptines, celles qu’on me chantait quand j’avais son âge, les chansons des dessins animés, les chansons de son grand-père Renaud, et les miennes aussi un « p’tit peu ». Elle a quand même une préférence pour les comptines. A bientôt 3 ans c’est normal !

Une journée de Renan Luce ressemble à quoi ?

Tout dépend de ce que je fais et où je suis. Actuellement en tournée, on partage dans le bus avec l’équipe les fous rires, on déjeune ensemble, on se ballade tranquille dans les villes où l’on passe, on rencontre des gens dans la rue, puis on fait les balances pour le concert, on reçoit un peu de monde dans les loges et on monte sur scène pour partager avec le public des instants «rockandroll» où l’on donne toute notre énergie et c’est comme ça de ville en ville.

Ton plus beau souvenir artistique ?

L’enregistrement de mon album dans mon studio en Bretagne. Et tous les moments magiques sur scène avec le public.

Ton plus beau souvenir dans la vie ?

Ma rencontre avec Lolita.

Un défaut ? 

On me reproche souvent d’être dans la lune.

Une qualité ?

 L’intégrité.

Avec quel artiste aimerais-tu faire un duo ?

 Avec Neil Young.

Un petit mot sur «la bande à Renaud» qui sort le 9 Juin ?

L’album est fait par une bande de copains qui aiment Renaud. C’est Alain Lanty, ami et musicien de Renaud, qui a voulu lui rendre hommage, lui dire avec ses chansons que l’on connaît tous, toute notre admiration et notre respect pour ce qu’il a écrit et fait dans sa vie de chanteur. Lui faire un clin d’œil pour lui dire «tu nous manques»… Pour ma part, je chante «Je suis une bande de jeune à moi tout seul» avec deux autres artistes. On a repris ce titre sur l’amitié qui est importante pour Renaud, mais qui est en même temps très paradoxale pour lui, comme l’est le titre de cette chanson.

A quelle question aimerais-tu répondre ?

Qu’on me demande des détails de ce que je fais pour écrire un album. Je suis toujours très friand d’une construction d’album, de moments précis cernés chez les gens, chez moi, de prendre un carnet pour noter ces moments d’émotions, une guitare pour y mettre de la musique et retranscrire au mieux ces détails qui vont donner naissance à un chanson. C’est très enrichissant de construire un album et c’est toujours pour moi un plaisir d’en parler…

Tu viens chanter aux 24 heures du Mans, est-ce que tu connais le circuit ?

Absolument pas. On va découvrir le circuit, l’ambiance des 24 heures du Mans et chanter devant un public qui n’est pas vraiment le notre mais qui aura certainement une énergie débordante à nous communiquer et ça va être «rockandroll».

Mettre un point final à cette interview semble banal, que met-on à la place ?

Un point d’exclamation !

 

Propos recueillis par Valérie.

PRESSE RENAN OBJETS smallRENAN_LUCE_120-®Yann_Orhan

autographe RENAN LUCE 24H